IN CORSICA

ALERIA L’AUTRE REGARD


Rédigé par Patrick Vinciguerra le Mercredi 5 Août 2015 | Lu 486 fois | 0 commentaire(s)

Anne Depeille raconte l'occupation de la ferme de son père


Les faits, tout le monde les connaît. Le 21 août 1975, une vingtaine d’hommes armés, menés par Edmond Simeoni, occupent la cave viticole d’un pied-noir, Henri Depeille. Les autonomistes veulent à la fois dénoncer la chaptalisation (l’ajout de sucre au moût pour augmenter le degré d’alcool) et la mainmise des rapatriés sur les terres agricoles corses. Le lendemain, en pleine torpeur estivale, les forces de l’ordre donnent l’assaut. Deux gendarmes sont tués, un occupant perd un pied. Ces « événements » signent l’acte de naissance du combat nationaliste. Mais derrière l’Histoire, il y a une famille, blessée, la famille Depeille. Le père, Henri, quitte la Corse. Il meurt en 2010 en Argentine. Sa fille, elle, choisit de rester. Anne Leonetti-Depeille, 24 ans en 1975, se marie en Corse, avec un Corse, vit en Corse. Les blessures ne sont pas encore cicatrisées.
Aujourd’hui, elle témoigne. Au nom du père…
La suite à lire dans le numéro 5 ( aout 2015 )
©ritA Scaglia
©ritA Scaglia



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 3 Août 2018 - 15:07 Jean-Guy Talamoni, l'ultime rebelle


Jean-Guy Talamoni, l'ultime rebelle

03/08/2018 - Constant Sbraggia

Maria Guidecelli

18/10/2015 - Constant Sbraggia

ALERIA L’AUTRE REGARD

05/08/2015 - Patrick Vinciguerra

Partager ce site


1 € Achetez en Ligne !
Facebook
Twitter
Rss