IN CORSICA

De l'ambition


Rédigé par Constant Sbraggia le Jeudi 20 Septembre 2018 | Lu 52 fois | 0 commentaire(s)


 
Il y a, en Corse, un impensé défaitiste, de type postjacobin, qui embrume encore les esprits. Cet amollissement intellectuel qui renvoie une Corse raisonnablement ambitieuse à la grenouille qui voulait ressembler au bœuf. On le vérifie dans le déni de réussites économiques nobles comme la production de vin et d’huile d’olive haut de gamme, l’exportations des eaux d’Orezza, l’écosystème agro-touristique du Domaine de Murtoli, la montée en puissance de Corse Composites Aéronautiques (400 employés !), la création de Qwant Music et Qwant Sport ou encore le Prix Goncourt décroché par Jérôme Ferrari (son succès impacte le marché du livre). Il y en a d’autres, beaucoup d’autres. Les propagandistes de la défaite objecteront qu’il s’agit chaque fois de réussites individuelles. C’est vrai et c’est faux. C’est vrai, mais ce n’est pas une raison pour mésestimer le talent et le courage qu’elles supposent. C’est faux dans la mesure où ces réussites individuelles touchent des domaines qui définissent ensemble un paysage économique, social et culturel. Accessoirement, elles attestent du dynamisme et de la modernité de notre jeunesse – Jacques Attali énonçait récemment que, « au XXIè siècle, on va créer son entreprise autant par vocation que par nécessité » -, vertus à ne surtout pas négliger quand le monde est en train de se réinventer dans une logique de compétition. Mais la Corse est aussi capable d’initiatives clairement identifiées comme structurantes. Ainsi Air Corsica, créée en 1989 à l’initiative de Philippe Ceccaldi, qui fêtera ses 30 ans le 1erjanvier. Un premier hommage vient de lui être rendu par la Chambre régionale des comptes : les magistrats qui l’auditaient n’« ont formulé aucune observation », en langage ordinaire cela signifie la mention TB avec les félicitations du jury. De fait, Air Corsica affiche depuis 2 ans des comptes dans le vert, avec des bénéfices d’environ 2 millions d’euros pour 190 millions de chiffre d’affaires. La compagnie qui assure depuis peu des liaisons avec Londres et Bruxelles, envisage de poursuivre son développement à l’international, notamment avec l’Espagne et le Portugal. Elle est également candidate à un projet de métro aérien, méditerranéen, mené de conserve par l’Exécutif de Corse et 6 régions voisines : la Toscane, la Ligurie, le Latium, la Sardaigne, la Catalogne et les Baléares. Elle se paie déjà le luxe, alors qu’Air France et sa filiale Hop ! sont en crise, de se positionner comme LA compagnie aérienne française florissante. Philippe Dandrieux, le discret président du Directoire d’Air Corsica, aux manettes de la compagnie depuis sa création, pourrait trouver là un sérieux motif de fierté. Il n’y a plus à tortiller. La concurrence ne fait pas de cadeaux. Il est temps de croire en la Corse, de l’encourager à développer son formidable potentiel, ses talents. Sans retenue, sans serrer les freins, c’est d’audace dont il est question. Ni complexe d’infériorité, ce serait idiot et contreproductif. 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Novembre 2018 - 10:03 Agir

Jeudi 27 Septembre 2018 - 11:49 Devoir de rentrée


Agir

08/11/2018 - Constant Sbraggia

Devoir de rentrée

27/09/2018 - Constant Sbraggia

De l'ambition

20/09/2018 - Constant Sbraggia

De l'optimisme

17/07/2018 - Constant Sbraggia

Caillassages

07/07/2018 - Constant Sbraggia

Défi de solidarité par Constant Sbraggia

05/01/2018 - Constant Sbraggia

Partager ce site


1 € Achetez en Ligne !
Facebook
Twitter
Rss