IN CORSICA

Le modèle catalan


Rédigé par Constant Sbraggia le Mercredi 7 Septembre 2016 | Lu 181 fois | 0 commentaire(s)


Intégration réussie

Dans les années 2000 -2010, la Catalogne a été un des endroits du monde où l’immigration a augmenté le plus, sa population passant en une décennie de 6,2 à 7,5 millions d’habitants. 37% de ses habitants ne sont pas nés en Catalogne. Par Oriol Amorós March, responsable de la politique d'intégration de la Generalitat de Catalunya, au ministère du Travail, des Affaires sociales et de la Famille.
L’étendue de ces changements, ainsi que leur rapidité, ont mis la cohésion sociale à rude épreuve. Certains indicateurs, comme le taux de chômage ou la réussite scolaire, se révélant préoccupants dès lors qu’on les mettait en perspective avec l’origine des personnes ou de leur famille. Cependant, il n’y a pas eu en Catalogne de conflit social majeur dû au fait migratoire. Les enquêtes d’opinion sur l’intégration donnent des résultats assez positifs. La progression des composantes politiques à caractère xénophobe restant insignifiante comparée à leur percée en Europe. Fait notable : à ce jour, l’opinion publique est dans sa grande majorité favorable à l’accueil des réfugiés du Moyen-Orient. Ainsi, la thèse généralement accréditée en Europe selon laquelle la xénophobie augmente en proportion de l’immigration semble-t-elle être démentie en Catalogne. Certains points caractéristiques de la politique d’accueil et d’intégration des immigrés en Catalogne retenant l’attention : la reconnaissance de droits aux individus, l’accès normalisé aux services publics, le consensus politique et une proposition d’identité collective inclusive et respectueuse de la diversité, avec toujours comme objectif la pleine citoyenneté.
     La Catalogne a fait le pari de la reconnaissance et de l’exercice clair des droits fondamentaux de tous les individus, indépendamment du fait qu’ils aient des papiers ou non. Ainsi les services sociaux, la santé publique et l’enseignement obligatoire sont-ils accessibles à tous et gratuits, y compris aux personnes dont la situation administrative est irrégulière. Le titre de séjour ouvre l’accès au marché du travail et aux droits qui découlent de la cotisation à la sécurité sociale. Il permet l’enseignement (non-obligatoire), des aides au logement, le regroupement familial et quelques premiers droits politiques : les droits syndicaux, le droit d’adhérer aux associations et le droit de vote pour les élections municipales (suivant le principe de réciprocité). Etant entendu que la pleine citoyenneté ne s’obtient qu’avec l’obtention de la nationalité espagnole. Il faut souligner que, au-delà de la régulation concrète de l’accès à chaque droit, le statut d’autonomie donne à la Catalogne un mandat explicite, y compris pour ceux qui ne relèvent pas de sa compétence : « Les pouvoirs publics de Catalogne doivent promouvoir les conditions qui rendent réelles et effectives la liberté et l’égalité des individus et des groupes ; à cette fin, les droits reconnus par ce Statut aux citoyens de Catalogne peuvent être étendus à d’autres personnes, dans les conditions établies par la législation. »
 
     Le gouvernement de Catalogne, qui gère les principaux services publics (santé, éducation, services sociaux, sécurité), et les municipalités de Catalogne, agissent suivant le principe de normalisation : on évite la création de services publics spécifiques et toute pratique qui puisse favoriser la ségrégation. La Loi d’accueil stipule : « L'accueil doit se faire avec les services, les ressources, les équipements, les projets et les programmes déjà existants, de préférence via les réseaux d'information et de formation ordinaires. La création de structures parallèles doit répondre exclusivement à des besoins à caractère temporaire nécessitant un traitement particulier. » Cette constante de la politique catalane, qui repose donc sur un consensus depuis le Rapport de Girona (qui comprend 50 propositions sur l’immigration, la commission parlementaire de l’an 2000 ou l’actuel Comité d’accueil pour les personnes réfugiées), a débouché en 2008 sur la signature du Pacte national pour l’immigration agréé par le gouvernement et l’opposition, les syndicats et le patronat, les différentes administrations et organisations civiques. Ont été ainsi établies les bases des politiques à mener. A été également expliqué aux citoyens le caractère structurel de la transformation démographique profonde à l’œuvre.
     Face au questionnement des modèles assimilationnistes et multiculturalistes, le milieu universitaire semble miser de plus en plus sur l’interculturalisme : tirer profit de la diversité, la reconnaître et encourager l’interaction.
Le Pacte national pour l’immigration, présenté comme un pari sur le respect de la diversité, sur sa valorisation, suppose l’intégration dans une culture publique commune qui, si elle ne couvre pas tous les domaines de la vie, est du moins partagée par tous dans ces aspects fondamentaux. Ce qui n’implique pas pour les immigrés de renoncer à leur identité culturelle, linguistique ou religieuse propre. Cette culture publique commune serait constituée des droits de l’Homme, des valeurs démocratiques, de l’égalité entre hommes et femmes, de la liberté d’orientation sexuelle ou de croyance et de pratique religieuses, et de tout accord démocratiquement établi. Elle implique enfin un élément émotionnel, de portée collective, et c’est pourquoi elle inclut la langue et la culture catalanes, qui doivent être partagées par tous comme vecteurs de communication et de participation d’un ensemble d’êtres différents souhaitant vivre ensemble sans avoir pour autant à modifier l’identité culturelle ou linguistique de quiconque.
     Partant du respect de ces éléments partagés, toute diversité doit être valorisée et appréciée. La politique menée consiste à promouvoir l’identité culturelle et linguistique des immigrés (incitation à s’associer, enseignement des langues propres aux immigrés dans les écoles, gestion des questions religieuses), et donc à faciliter leur accès à la culture et à la langue de la Catalogne.
 
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 7 Juillet 2018 - 15:04 Dans la tête de Laurent Lantieri

Samedi 7 Juillet 2018 - 15:00 La sodomie, un art de jouir?



Dans la tête de Laurent Lantieri

07/07/2018 - Constant Sbraggia

La sodomie, un art de jouir?

07/07/2018 - Constant Sbraggia

dDésir d'ersatz par Agathe André

05/01/2018 - Constant Sbraggia

Récit d'une jeunesse révoltée

18/11/2016 - Constant Sbraggia

Partager ce site

Facebook
Twitter
Rss