IN CORSICA

Premier pas


Rédigé par Constant Sbraggia le Mercredi 7 Septembre 2016 | Lu 235 fois | 0 commentaire(s)


La Corse premier morceau libéré de la France

photo Jean Tourtois/collection Jean-Claude Fieschi/Bar Le Grandval/Ajaccio
photo Jean Tourtois/collection Jean-Claude Fieschi/Bar Le Grandval/Ajaccio
5 octobre 1943. Le général de Gaulle pose, pour la première fois, le pied sur le sol de la Corse libérée. Ces photographies prises sur le tarmac de l’aéroport Campo dell’Oro, depuis aéroport Napoléon Bonaparte, à Ajaccio, appartiennent à l’Histoire. C’est au cours de ce voyage triomphal, que le général prononcera ces mots, eux aussi historiques : « La Corse a la fortune et l’honneur d’être le premier morceau libéré de la France… Les patriotes corses, groupés par le Front national, auraient pu attendre que la victoire des armées réglât heureusement leur destin. Mais ils voulaient eux-mêmes être vainqueurs… » Pour préparer sa venue et affirmer la nouvelle administration qu’il met en place dans l’île, de Gaulle avait envoyé son chef de cabinet, le commandant François Coulet, débarqué à Ajaccio le 21 septembre. Le 4 octobre, Bastia est libérée. Le 5 octobre De Gaulle arrive donc à Ajaccio. « Giraud m’a volé ma Corse »aurait-il alors dit. Tandis que Giraud affirme de son côté : « La victoire de la Corse a décidé de mon élimination ». Il se rend le 6 dans le sud de l’île, passant par Cauro, Propriano, Sartène, Levie, Zonza, Aullène, Zicavo, Guitera et Corrano. Vive De Gaulle ! Vive le Front national !  « D’Ajaccio à Sartène, ce ne fut qu’un cri » écrira le lendemain le journal Le Patriote. Le quotidien rapporte aussi ces mots de Charles de Gaulle : « Vous savez que je ne suis pas expansif. Laissez-moi vous dire que ce que vous avez fait est très beau. » 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Novembre 2018 - 11:06 Barbara Cassin, la lauréate.


Télécharger pour 1€ le Magazine PayPal


Partager ce site

Facebook
Twitter
Rss